Accueil Parlons Bio... Manger bio est-il vraiment un luxe ?


Manger bio est-il vraiment un luxe ?

Les produits bio font l'objet de nombreuses idées reçues. Ils sont plus chers, mais l'étiquette ne dit pas tout. La chambre d'agriculture des Pays de la Loire a ouvert le débat, vendredi, à Angers.

Les produits bio sont vendus sensiblement plus cher que les produits agricoles conventionnels ?

VRAI. Le verdict des étiquettes est sans appel. Cet été, l'association Famille rurales a constaté, en magasins et sur les marchés, un écart de 68 % entre les fruits et légumes bio et conventionnels. Selon Que choisir, en grande surface, le panier bio est plus cher de 22 % que le même panier composé de marques nationales. On monte à 57 % de différence si on le compare avec un panier de marques distributeurs.

Le prix plus élevé du bio bloque sa croissance ?

VRAI ET FAUX. Les ventes de produits bio ne pèsent que 2 % de la consommation alimentaire nationale. Son prix plus élevé ralentit la croissance du bio, mais ne l'empêche pas. « Une majorité de consommateurs trouve normal de payer le bio plus cher, tout en souhaitant un écart de prix plus réduit, de l'ordre de 10 à 15 % », analyse Élisabeth Mercier, présidente de l'Agence bio.

Production et consommation décollent : en 2010, 3 000 fermes se sont lancées dans le bio ; les achats de produits bio ont progressé de 19 % en volume entre 2008 et 2009 ; 9 % des consommateurs consomment au moins un produit bio par jour. « Une tendance de fond qui reflète une conscience environnementale croissante », se félicite Élisabeth Mercier.

L'étiquette dit tout sur les prix ?

FAUX. « La grande distribution se fait du beurre avec le bio », soutient le médecin lorientais Lylian Le Goff. Gérard Bourgerie, de l'association consomm'acteurs accuse les hypers de gonfler leur marge sur les produits bio : « jusqu'à 1,90 € par kilo de pommes ! » « Il ne faut pas confondre prix et valeur et rester scotché à l'étiquette, préconise Lylian Le Goff, qui souligne la richesse nutritionnelle du bio et son rôle protecteur de l'environnement. Les filières agro-industrielles sous perfusion des deniers publics affichent des prix faussement bas », ne tenant pas compte de coûts indirects (dépollution des eaux, subventions...).

Les produits bio sont un luxe réservé aux « bobos » ?

FAUX. Claude Colin, du réseau Biocoop à Angers, dénombre, dans sa clientèle, « 20 % de militants de base, fidèles, aujourd'hui retraités. Une large proportion de familles de 35 à 50 ans qui découvrent et testent le bio petit à petit ; de jeunes militants de moins de 30 ans qui viennent par souci éthique et écologique »

Un repas bio est forcément plus coûteux ?

FAUX. On peut manger bio sans dépenser plus. Comment ? « En respectant le vieil adage manger de tout, un peu. En remplaçant une partie des protéines carnées par des protéines végétales, nettement moins chères », répond Lylian Le Goff. Exemple de menu 100 % bio en cantine scolaire : salade de crudités, boeuf carottes aux haricots rouges, fromage blanc, pruneaux émincés. Son coût : 2,90 €.

Source: ouest-france.fr

Pour vous le bio c'est